Cette offre d’entreprise à reprendre n’est plus d’actualité

A CEDER, CONSERVERIE ARTISANALE, 40K€ à reprendre

Référence :
OCC238386A
Activité :
A CEDER, CONSERVERIE ARTISANALE, 40K€
Secteur :
Département :
Région :
Secteur d'activité :
Industrie agro-alimentaire

Conserverie artisanale propose des conserves à base de viande française (porc, bœuf, veau, canard, gibier). L’entreprise est primée au concours Gard Gourmand chaque année depuis 2018 (4 médailles d’or, 1 médaille d’argent, 2 médailles de bronze) et elle privilégie le circuit court.

Raison de la cession : Le cédant souhaite prendre sa retraite.

La clientèle est exclusivement professionnelle et apporte une bonne visibilité et de la notoriété. La commercialisation est assurée par le chef d’entreprise.

Structure souple qui loue un local à la journée et qui ne dispose pas de salarié. Pas de charges fixes importantes venant grever l’exploitation.

Le cédant est prêt à former le repreneur.

La structure offre de belles perspectives de développement. D’une part la notoriété et le bouche à oreille commencent à porter leurs fruits et d’autre part, le marché des particuliers et de la vente directe n’a pas du tout été exploité par faute de temps.

Le CA 2021 est d’environ 90 000€.

Le mot du cédant : « Continuer à proposer des produits gouteux générés par le respect et l’amour de la tradition culinaire française ».

Le repreneur pourra bénéficier de l’accompagnement de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Occitanie afin de mobiliser les différentes aides disponibles dans le cadre de la reprise d’entreprise.



Pour vous accompagner dans votre projet de reprise :

Mettez toutes les chances de votre côté !
Prenez contact avec un Conseiller CCI ou CMA pour vous accompagner dans votre projet de reprise.


AUTRES ENTREPRISES A REPRENDRE SUSCEPTIBLES DE VOUS INTERESSER :

Pizzeria, vente à emporter et livraison, 90 000 à reprendre

Activité de vente de pizzas à emporter ou en livraison, fortement rentable, pas de salarié et emplacement premium. L’activité est composée de 60 références : pizzas salées, pizzas sucrées et des desserts l’été. La valeur ajoutée est la recette secrète de la sauce tomate mise au point par le chef et transmise au repreneur. La stratégie de production est avant tout de mise sur la qualité et la générosité. La pâte est réalisée avec de la farine de qualité (IGP) et les fournisseurs sont sélectionnés en circuit-court le plus possible. L’été, environ 15 tables peuvent être mises en contrepartie d’un droit de terrasse. Le local est aux normes et bien entretenu. Il est situé à proximité d’un centre commercial. Un espace de production de 27m2 donne sur un parking d’une vingtaine de places ce qui permet aux clients de se garer facilement. Un garage de 12m2 est attenant au local, ce qui permet de stocker. Le loyer est de 1303€ TTC. Les horaires d’ouverture en été sont tous les soirs 17 à 22h + les midis le vendredi et samedi (jour de marché) de 10h à 13h. En hiver, fermeture les mercredi et jeudi soirs. Le chiffre d’affaires réalisé les trois dernières années est en moyenne de 155K€ et le résultat retraité de 19 008€. La clientèle est fidèle et récurrente, le panier moyen se situe en moyenne à deux pizzas par commande. Afin d’attirer les clients et renouveler l’offre, une pizza du « moment » change en fonction des saisons. L’offre de pizzas est présente sur internet, relayée pour la publicité de proximité sur Facebook et googlemybusiness. Il n’y a pas de salarié à temps plein. Le gérant s’occupe de la production, des commandes et des encaissements. L’été, généralement, une personne est employée pour faire les livraisons. Cette organisation nécessite une bonne capacité d’organisation et d’être méthodique. Tout le savoir-faire pourra être transmis par le cédant lors de l’accompagnement à la reprise. Le cédant souhaite partir à la retraite. Le mot du cédant : « Générosité et qualité, sont les maîtres mots de ma réussite et le slogan de mon entreprise depuis 20 ans ». Diagnostic réalisé avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Occitanie, Entreprise éligible aux aides (prêt à taux zéro) et le bénéficiaire peut être accompagné au montage de son projet.

Boucherie charcuterie traiteur à reprendre

Vente d’un fonds de commerce Boucherie/Charcuterie et Traiteur dans une ZAC ouverte au grand public et sur une route départementale de Beaucaire. La Boucherie est proche de commerces tels qu’une boulangerie connue, un magasin alimentaire, un magasin d’ameublement... Un parking partagé avec les commerces voisins est situé juste en face du magasin. CA 2020 : 871 K €, EBE 2020 : 46 K € CA 2019 : 851 K €, EBE 2019 : 61 K € CA 2018 : 758 K €, EBE 2018 : 49 K € Raison de la cession : Après 25 ans d’activité, le cédant souhaite changer d’activité. Affaire bien tenue par le cédant actuel et sa femme, qui ont su conserver et fidéliser les clients. La qualité des produits est reconnue et est irréprochable. Les clients se déplacent pour l’originalité des recettes, le fait maison et la cuisine du quotidien avec des produits frais. Les ventes se font au magasin et sur les marchés. Le commerce dispose de deux locaux : - Un atelier de 200 m2 complétement équipé où les plats de traiteur sont préparés et stockés - Un vaste magasin, neuf (2017) de 160 m2 composé du magasin de 80 m2 bien agencé propre avec un linéaire de 8 mètres ainsi qu’un atelier de 80 m2 (et un bureau) où le matériel permet d'exercer son métier de boucher avec plaisir et une bonne rentabilité. La boucherie dispose d'équipements professionnels complets quasiment neufs (2017), il n’y a pas d’investissements à prévoir. Le commerce possède 8 salariés en CDI, dont 2 vendeuses, 4 cuisiniers et 2 bouchers. Les salariés sont formés afin d’être les plus autonomes possible. Accompagnement à la reprise possible avec la CMA de Nîmes, subvention possible et renforcement des apports. Le mot du cédant : « Les points forts de mon entreprise, c’est qu’elle possède une clientèle de particuliers fidèles, qu’elle a une bonne notoriété, qu’elle est bien située et qu’elle est reconnue pour ses produits traiteur faits maison, possibilité d’évolution avec l’évènementiel qui n’est pas exploité aujourd’hui et le développement de la boucherie »